sito in fase di manutenzione: alcuni contenuti potrebbero non essere aggiornati
 
 novembre 2019 
LunMarMerGioVenSabDom
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CAMPAGNE
MISSIONI

CERCA:

Ministero degli Affari Esteri

Living together - Combining diversity and freedom in 21st-century Europe [Report of the Group of Eminent Persons of the Council of Europe] PDF DOWNLOAD >>

DOCUMENTARIO DEDICATO DA AL-JAZEERA ALLA LEADER RADICALE EMMA BONINO

Cookie Policy

>> Le Figaro


L'ITALIE PEU MOBILISEE POUR LE REFERENDUM SUR LA BIOETHIQUE

Quelque 50 millions d'Italiens consultés par référendum votent depuis ce matin pour faciliter l'accès à la fécondation assistée, mais la participation s'annonçait faible à la mi-journée dans ce scrutin où l'Eglise catholique a appelé à l'abstention. Le sens civique des Italiens est le principal enjeu du vote qui a commencé dimanche à 06h00 GMT et se poursuivra jusqu'à lundi 13h00 GMT, et dont les résultats ne seront valides que si plus de 50% des électeurs se rendent aux urnes. L'affluence était faible dimanche à midi (10h00 GMT), avec un taux de participation de seulement 4,6% au niveau national, selon les chiffres fournis par le ministère de l'Intérieur. Les promoteurs du référendum espéraient que le chiffre tourne autour de 10% à la mi-journée et les experts considéraient qu'un taux de 34% dimanche soir serait un signe encourageant pour les tenants du «oui». «Nous ne devons pas nous avouer vaincus», a commenté l'eurodéputée Emma Bonino, très engagée en faveur d'une réforme de la législation actuelle. «Je suis convaincue que nous pouvons obtenir un résultat positif malgré la lâcheté et l'indifférence d'une certaine partie de la classe politique», a-t-elle ajouté, faisant référence aux nombreux responsables s'étant prononcés en faveur de l'abstention, comme les présidents de la Chambre des députés (Pier Ferdinando Casini) et du Sénat (Marcello Pera). Le président de la République Carlo Azeglio Ciampi est pour sa part allé voter de bonne heure à Rome, tandis que le leader de l'opposition italienne Romano Prodi s'est déplacé dans sa ville de Bologne. Dans la capitale italienne, l'affluence semblait plus élevée que la moyenne nationale à la mi-journée, avec des taux de participation oscillant entre «10 et 15%», selon les assesseurs des bureaux de vote visités par l'AFP. L'Eglise italienne a appelé plusieurs fois à l'abstention au cours de la campagne par la voix du président de la Conférence épiscopale italienne Camillo Ruini, ou en déposant des prospectus sur lesquels on peut lire «On ne vote pas sur la vie» dans les lieux de culte catholiques. Cette consigne d'abstention n'était pas très appréciée dimanche par des électeurs rencontrés à Rome, indignés par ce qu'ils estiment être une «ingérence» de l'Eglise et espérant que la hiérarchie catholique serait désavouée comme lors des référendums sur le divorce ou l'avortement dans les années 1970 et 1980. Francesco De Grossi, un retraité de 74 ans, a accusé «l'Eglise d'avoir provoqué la défaite» qui s'annonce selon lui. «Il y a déjà entre 25 et 30% de personnes qui se désintéressent complètement de la politique. Si vous y ajoutez celles qui ont été influencées par les appels à l'abstention de la hiérarchie catholique, on arrive rapidement à 50%», a-t-il expliqué. Vezio, un informaticien de 34 ans a considéré a sa sortie de l'isoloir que «l'Eglise devrait vraiment s'occuper de ses affaires». Le référendum d'initiative populaire propose aux Italiens quatre questions visant à abroger partiellement une loi adoptée par le Parlement en février 2004 et qui fait de l'Italie l'un des pays les plus fermés en matière de bioéthique et de fécondation assistée. La loi restreint l'accès à cette technique de procréation aux seuls couples stériles et interdit la congélation des embryons ainsi que les recherches médicales sur ces derniers. Elle prohibe le diagnostic pré-implantatoire qui permet de rechercher d'éventuelles maladies génétiques sur les embryons avant de les implanter dans l'utérus de la mère et interdit également le recours à un donneur extérieur aux couples qui tentent d'avoir un enfant.





Altri articoli su:
[ Unione Europea ] [ Italia ] [ Libertà di religione ] [ Libertà di ricerca scientifica ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ ]

Comunicati su:
[ Unione Europea ] [ Italia ] [ Libertà di religione ] [ Libertà di ricerca scientifica ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ ]

Interventi su:
[ Unione Europea ] [ Italia ] [ Libertà di religione ] [ Libertà di ricerca scientifica ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ ]


- WebSite Info