sito in fase di manutenzione: alcuni contenuti potrebbero non essere aggiornati
 
 novembre 2019 
LunMarMerGioVenSabDom
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CAMPAGNE
MISSIONI

CERCA:

Ministero degli Affari Esteri

Living together - Combining diversity and freedom in 21st-century Europe [Report of the Group of Eminent Persons of the Council of Europe] PDF DOWNLOAD >>

DOCUMENTARIO DEDICATO DA AL-JAZEERA ALLA LEADER RADICALE EMMA BONINO

Cookie Policy

>> Le Nouvel Observateur


ITALIE: ECHEC DU REFERENDUM SUR LA PROCREATION ASSISTEE

C'est une victoire pour le Vatican qui appelait Ă  boycotter le scrutin: le rĂ©fĂ©rendum national organisĂ© sur deux jours en Italie, portant sur un Ă©ventuel assouplissement de la lĂ©gislation sur la procrĂ©ation assistĂ©e, a Ă©tĂ© invalidĂ© en raison de la trop faible mobilisation des Ă©lecteurs. Plus de la moitiĂ© des inscrits devaient participer Ă  la consultation pour que les rĂ©sultats soient valables. Mais 25,9% des Ă©lecteurs seulement ont glissĂ© leur bulletin dans l'urne dimanche et lundi, selon les rĂ©sultats dĂ©finitifs rendus publics par le ministĂšre de l'IntĂ©rieur. «Aujourd'hui, nous avons trois victimes: la laĂŻcitĂ© de l'Etat, l'autoritĂ© politique et l'institution du rĂ©fĂ©rendum», a dĂ©clarĂ© Ă  Rome l'ancienne commissaire europĂ©enne Emma Bonino, qui dĂ©fendait cette consultation. Les analystes avaient prĂ©dit que le taux de participation n'atteindrait pas la barre requise. D'ailleurs, tous les rĂ©fĂ©rendums organisĂ©s depuis 1995 ont dĂ» ĂȘtre invalidĂ©s pour cette mĂȘme raison. «Le rĂ©fĂ©rendum est fini, terminé», avait ainsi estimĂ© un analyste, Nicola Piepoli, dans l'Ă©dition de lundi de «La Repubblica». Peu de monde aux urnes, «le rĂ©fĂ©rendum coule», pouvait-on par ailleurs lire en Une du «Corriere della Sera». La consultation portait sur quatre questions: faut-il abroger l'interdiction de la recherche sur les embryons? Limiter Ă  trois le nombre d'embryons crĂ©Ă©s pour chaque fĂ©condation in vitro? Autoriser le don de sperme ou d'ovule par une personne extĂ©rieure au couple? Et enfin autoriser les couples fertiles atteints par une maladie gĂ©nĂ©tique Ă  recourir Ă  un traitement? L'Eglise catholique avait appelĂ© au boycottage du scrutin, prĂ©fĂ©rant en rester aux limites imposĂ©es par la loi actuelle. Celle-ci limite Ă  trois le nombre d'embryons qui peuvent ĂȘtre crĂ©Ă©s lors d'une fĂ©condation in vitro, interdit tout recours Ă  un donneur extĂ©rieur au couple et interdit la recherche mĂ©dicale sur les cellules souches des embryons surnumĂ©raires. Ce scrutin Ă©tait considĂ©rĂ© comme un test de l'influence de l'Eglise dans un pays qui est en grande majoritĂ© catholique, mais qui a pris ses distances avec la doctrine de l'Eglise, notamment en approuvant le divorce et l'avortement lors de rĂ©fĂ©rendums organisĂ©s il y a dĂ©jĂ  plusieurs dĂ©cennies. Les dĂ©bats qui l'avaient prĂ©cĂ©dĂ© avaient Ă©tĂ© fortement chargĂ©s en Ă©motion. La confĂ©rence Ă©piscopale italienne, soutenu par le pape BenoĂźt XVI, avait appelĂ© les Ă©lecteurs Ă  s'abstenir. Pour le souverain pontife, cette volontĂ© de changer la loi constitue un risque pour la protection de la vie et de la famille. Les opposants Ă  la loi actuelle estiment pour leur part qu'elle est trop restrictive et empĂȘche la recherche d'avancer dans le traitement des maladies. «Les gens se plaignent mais ils ne font jamais rien pour rĂ©soudre leurs problĂšmes», a dĂ©clarĂ© Concetta Naclerio, qui a Ă©tĂ© voter. «La majoritĂ© des gens qui n'ont pas votĂ© au rĂ©fĂ©rendum Ă©taient paresseux».





Altri articoli su:
[ Unione Europea ] [ Italia ] [ Libertà di religione ] [ Libertà di ricerca scientifica ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ ]

Comunicati su:
[ Unione Europea ] [ Italia ] [ Libertà di religione ] [ Libertà di ricerca scientifica ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ ]

Interventi su:
[ Unione Europea ] [ Italia ] [ Libertà di religione ] [ Libertà di ricerca scientifica ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ ]


- WebSite Info