sito in fase di manutenzione: alcuni contenuti potrebbero non essere aggiornati
 
 settembre 2019 
LunMarMerGioVenSabDom
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30 
CAMPAGNE
MISSIONI

CERCA:

Ministero degli Affari Esteri

Living together - Combining diversity and freedom in 21st-century Europe [Report of the Group of Eminent Persons of the Council of Europe] PDF DOWNLOAD >>

DOCUMENTARIO DEDICATO DA AL-JAZEERA ALLA LEADER RADICALE EMMA BONINO

Cookie Policy

>> L'Unità


"JUGEZ-LES OU BIEN LE GENOCIDE DEVIENDRA PERMIS"

Interview à Emma Bonino de Marina Mastroluca

Q. Emma Bonino, le parti radical insiste pour que l'on parvienne tr√®s vite √† la constitution d'un tribunal international pour les crimes de guerre dans l'ex-Yougoslavie. On a d√©j√† parl√© d'un autre Nuremberg, oubliant peut-√™tre qu'√† l'√©poque les vainqueurs jug√®rent les vaincus. Mais √† pr√©sent il s'agit surtout de juger les vainqueurs, avec la cons√©quente difficult√© de faire compara√ģtre en justice des personnes qui sont consid√©r√©es des h√©ros dans leur patrie. Un Tribunal de ce genre-l√† est-il vraiment utile ou est-ce uniquement un acte symbolique? R. On a besoin depuis longtemps d'une Cour permanente qui juge l'application des conventions sign√©es par les Etats membres. Il y a au moins 20 ans que l'on travaille √† un tribunal p√©nal international. A pr√©sent il n'y a aucun instrument pour poursuivre les violations, m√™me graves, comme celles des droits de l'homme. C'est un peu comme avoir une loi qui consid√®re un crime le vol et l'assassinat et n'avoir ni policiers ni juges. Q. Le principe de punissabilit√© des criminels de guerre est hors de discussion. Mais peut-il se transformer concr√®tement en punition des coupables, surtout si ceux-ci sont des chefs d'√©tat comme Milosevic ou des leaders politiques reconnus comme Karadzic? R. Nous essayons qu'il en soit ainsi. Certes, avec le tribunal on ne r√©sout pas tout. Et il est probable que personne ne nous remettra Milosevic ou Karadzic. Mais nous pouvons en faire des parias internationaux. L'ordre du tribunal est contraignant pour les √©tats membres de l'ONU et un mandat d'arr√™t peut-√™tre ex√©cut√© par n'importe quelle police. En tout cas il aurait aussi une valeur comme signe d'une condamnation morale. Q. Il y a cependant une contradiction entre la diplomatie qui n√©gocie avec certains de ceux qui sont d√©j√† inscrits dans une premi√®re liste de criminels de guerre et un tribunal qui voudrait les juger. R. La diplomatie et le droit ne suivent pas les m√™mes proc√©dures. La diplomatie est descendue √† des niveaux de compromis intol√©rables sur l'ex-Yougoslavie. Il suffit de voir la CEE qui a toujours condamn√© l'apartheid en Afrique du Sud et qui le propose de nouveau √† pr√©sent en Bosnie. Mais il doit √™tre clair que celui qui veut adh√©rer √† la Charte des Nations Unies doit s'en assumer toutes les responsabilit√©s. On ne peut √™tre membre de l'ONU et violer impun√©ment les fronti√®res d'un autre Etat, c'est pourquoi il est important de rendre contraignantes - et r√©ellement - les conventions existantes. Q. Le tribunal ne risque-t-il pas de devenir la feuille de vigne de la mauvaise conscience occidentale? Ne pourrait-il pas finir par mettre en √©vidence encore une fois l'incapacit√© de la communaut√© internationale de faire respecter les principes qu'elle affirme? R. C'est ce qui se passera si la r√©solution 827 sur la pers√©cution des crimes de guerre dans l'ex-Yougoslavie ne sera pas mise √† effet. Ce sera une preuve de la non-fiabilit√© du Conseil de s√©curit√© lui-m√™me. Il faut se d√©cider. Ou se donner de nouveaux instruments, ou alors √† ce point nous pourrions aussi d√©chirer la convention sur le g√©nocide. Ou m√™me continuer √† avoir recours √† la force lorsque √ßa nous pla√ģt, au lieu de renforcer les instruments de la diplomatie pr√©ventive. Q. L'ONU ne r√©ussit pas √† r√©unir les casques bleus n√©cessaires pour faire respecter les six zones de s√©curit√© en Bosnie, d√©cid√©es il y a quelques mois. Il n'y a m√™me pas assez d'argent pour les aides: le Haut Commissariat pour les r√©fugi√©s a dit et r√©p√©t√© que les fonds disponibles seraient √† peine suffisants jusqu'au mois d'octobre. Comment trouver les financements qui sont √† pr√©sent l'un des plus gros obstacles pour la constitution du tribunal? R. Les 31 millions de dollars n√©cessaires sont inscrits dans le budget normal de l'ONU, ils ne d√©pendent pas de financements sp√©ciaux. Il est vrai que les Nations Unies ont des graves probl√®mes financiers. Du reste les t√Ęches de l'ONU se sont multipli√©es de fa√ßon exponentielle depuis que l'ordre cr√©√© √† Yalta est tomb√©. De 1947 √† 1989 il n'y a eu que 12 missions ONU de peace keeping. Dans les quatre derni√®res ann√©es il y en a eu 13, dont 5 uniquement en 1992. Les instruments financiers, politiques et militaires sont cependant rest√©s les m√™mes qu'il y a 40 ans. Dans ces conditions, le nouvel ordre international ne sera gu√®re diff√©rent de la loi de la jungle.





Altri articoli su:
[ Ex-Jugoslavia ] [ Corte Penale Internazionale e Tribunale Penale Internazionale ] [ ONU e OMD ]

Comunicati su:
[ Ex-Jugoslavia ] [ Corte Penale Internazionale e Tribunale Penale Internazionale ] [ ONU e OMD ]

Interventi su:
[ Ex-Jugoslavia ] [ Corte Penale Internazionale e Tribunale Penale Internazionale ] [ ONU e OMD ]


- WebSite Info