sito in fase di manutenzione: alcuni contenuti potrebbero non essere aggiornati
 
 settembre 2019 
LunMarMerGioVenSabDom
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30 
CAMPAGNE
MISSIONI

CERCA:

Ministero degli Affari Esteri

Living together - Combining diversity and freedom in 21st-century Europe [Report of the Group of Eminent Persons of the Council of Europe] PDF DOWNLOAD >>

DOCUMENTARIO DEDICATO DA AL-JAZEERA ALLA LEADER RADICALE EMMA BONINO

Cookie Policy

>> Avvenire


BOSNIE, OUI AU TRIBUNAL ONU

Interview de Luca Liverani Cinquante ans apr√®s Nuremberg, pour faire plus qu'un nouveau Nuremberg. Presque un demi si√®cle s'est √©coul√© depuis les proc√®s contre les criminels de guerre nazis, et la communaut√© internationale a d√©cid√© d'accomplir un premier pas pour la constitution d'une cour p√©nale internationale permanente. Un organisme de justice qui soit beaucoup plus qu'une nouvelle √©dition revue et corrig√©e de Nuremberg, qui fut accus√© d'√™tre un proc√®s des gagnants contre les vaincus. Avant tout parce qu'aujourd'hui on ne compte plus les d√©clarations en d√©fense des droits de l'homme et parce qu'elles contiennent des normes juridiques contraignantes pour tous les √©tats. Mais aussi parce que le Tribunal de l'ONU exclura la condamnation √† mort, et qu'il respectera les droits inviolables de la d√©fense. Emma Bonino, secr√©taire du Parti radical, est engag√©e dans un rassemblement de signatures pour solliciter les Nations Unies √† mettre √† ex√©cution la r√©solution du Conseil de S√©curit√© n. 827 du 25 mai dernier. Le pr√©sident de la R√©publique la recevra dans les prochains jours au Quirinal (2), avec une d√©l√©gation des promoteurs de l'initiative. Q. D√©put√© Bonino, le Pr√©sident Scalfaro (3) a lanc√© depuis Venise un grand appel en faveur du Tribunal pour les crimes contre l'humanit√©, en particulier ceux qui ont √©t√© commis dans la guerre en ex-Yougoslavie. "La paix partie de la v√©rit√©" a-t-il dit, se d√©clarant inquiet pour une suspension des hostilit√©s qui mette une pierre sur les atrocit√©s commises. Croyez-vous √† pr√©sent que sa r√©alisation soit concr√®tement possible? R. A l'ONU les conditions n√©cessaires (techniques, financi√®res) ont d√©j√† √©t√© fix√©es, pour que le Tribunal pour les crimes de guerre en ex-Yougoslavie et pour que le Tribunal permanent puissent entrer en fonction tout de suite ou presque. Mais il y a √©videmment, de diff√©rents cot√©s, des r√©sistances extr√™mement fortes contre la r√©alisation de ces deux instruments. Le probl√®me est donc politique, et c'est sur ce plan que le Parti radical transnational est en train de s'employer. Le fait que le pr√©sident Scalfaro, allant m√™me jusqu'√† forcer consciemment son r√īle, ait senti l'urgence de la question, va √† l'honneur de sa sensibilit√© de juriste, √† laquelle certaines relations n'√©chappent pas. Mais trop d'institutions et de forces politiques n'ont pas la m√™me sensibilit√©, et pr√©f√®rent se r√©fugier dans les pol√©miques st√©riles de ces jours-ci, jusqu'√† Tangentopoli. Sur ces th√®mes √©galement, il faut reconqu√©rir la "noblesse de la politique", son rapport avec les "valeurs". Q. Mais quel est le r√īle que l'Italie peut avoir, et qu'elle n'a pas jou√© jusqu'√† pr√©sent, dans la mise √† ex√©cution de la r√©solution 827 de l'ONU? R. Parmi tant de d√©fauts, l'Italie a aussi quelques m√©rites. En f√©vrier 1993 le gouvernement Amato (4) pr√©senta, par l'entremise du ministre de la justice Conso, un projet de statut pour le Tribunal pour la ex-Yougoslavie, dont l'ONU a accueilli deux principes fondamentaux: l'exclusion de la peine de mort, et des proc√®s "en contumace". Le professeur Cassese, italien, a √©t√© ensuite nomm√© juge du Tribunal. A pr√©sent, d'une mani√®re coh√©rente, le gouvernement et les forces politiques de notre Pays doivent s'employer √† ce que le Minist√®re Public soit nomm√© tout de suite, de fa√ßon √† ce que le Tribunal puisse d√©coller aux termes des r√©solutions 808 et 827. Nous adressons un appel aux forces catholiques engag√©es dans la construction de la paix pour que cette urgence devienne la leur. Une collaboration se renouvellerait ainsi, qui donna de bons r√©sultats √† l'√©poque des campagnes pour la faim dans le monde. Q. Mais beaucoup de gens consid√®rent cette initiative avec scepticisme: en admettant qu'elle soit r√©alis√©e, comment un tribunal qui ne dispose pas d'une "police judiciaire internationale" pourra-t-il poursuivre les criminels? Et la r√©alisation du Tribunal international peut-elle √™tre le premier pas pour une r√©forme effective de l'ONU en sens d√©mocratique? R. Vos questions affrontent un sujet qui est unique et qui constitue le vrai, grand probl√®me de notre √©poque: la croissance et le d√©veloppement du droit et des droits humains dans un monde qui semble r√©gresser dans la barbarie. L'institution du Tribunal permanent, soutenu par une organisation internationale, l'ONU, qui a grandi dans une repr√©sentativit√© d√©mocratique et outill√©e pour faire respecter ses propres r√©solutions, les conventions stipul√©es par les Etats membres et les jugements du tribunal, est un pas essentiel dans la juste direction. Q. les derni√®res nouvelles de Belgrade donnent une reprise des n√©gociations apr√®s un √©ni√®me risque d'√©chec. Pensez-vos que le tribunal puisse avoir un poids dans le processus de paix ou ne risque-t-il pas au contraire de faire √©clater de nouvelles rivalit√©s? R. De l'horreur o√Ļ est pr√©cipit√©e la ex-Yougoslavie, la diplomatie des Etats a des responsabilit√©s √©normes. il serait immoral et erron√© de vouloir construire √† pr√©sent la paix sur l'oubli des atrocit√©s rendues possibles par sa propre l√Ęchet√©: on ne peut pas se r√©f√©rer √† l'holocauste pour certains et demander d'oublier des crimes commis sur d'autres, seulement parce que √ßa nous arrange. On serait complices de la nouvelle barbarie, qui joue justement sur ce genre de comportement. Q. L'id√©e m√™me du tribunal permanent est bouleversante et r√©volutionnaire par rapport aux rigidit√©s des rapports entre √©tats, bas√©s sur des sch√©mas du dix-huiti√®me si√®cle, scl√©ros√©s et peu indiqu√©s pour le monde d'aujourd'hui, un monde qui voit - par exemple - la papaut√© s'assumer des responsabilit√©s de promotion des droits humains au niveau universel et oecum√©nique, d√©passant d'un saut les divisions et les jalousies nationales. L'homme invoque d√©sormais, partout, le respect de droits universels. Voil√† la juste direction, sur laquelle il faut agir, dans la vari√©t√© et dans la richesse des diff√©rentes cultures, des diff√©rentes √©thiques et valeurs.





Altri articoli su:
[ Ex-Jugoslavia ] [ Corte Penale Internazionale e Tribunale Penale Internazionale ]

Comunicati su:
[ Ex-Jugoslavia ] [ Corte Penale Internazionale e Tribunale Penale Internazionale ]

Interventi su:
[ Ex-Jugoslavia ] [ Corte Penale Internazionale e Tribunale Penale Internazionale ]


- WebSite Info