sito in fase di manutenzione: alcuni contenuti potrebbero non essere aggiornati
 
 agosto 2019 
LunMarMerGioVenSabDom
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
CAMPAGNE
MISSIONI

CERCA:

Ministero degli Affari Esteri

Living together - Combining diversity and freedom in 21st-century Europe [Report of the Group of Eminent Persons of the Council of Europe] PDF DOWNLOAD >>

DOCUMENTARIO DEDICATO DA AL-JAZEERA ALLA LEADER RADICALE EMMA BONINO

Cookie Policy

>> Panapress


LA CONFERENCE DE SANA’A FAIT L’ELOGE DU SYSTEME DEMOCRATIQUE

Sana’a, Yémen (PANA) – La conférence de Sana’a, au Yémen, sur la démocratie et les droits de l’homme dans le monde islamique s’est achevée, lundi, par une déclaration affirmant que la démocratie et les droits de l’homme doivent avoir leurs origines dans la liberté de la culture et mettant en exergue l’interdépendance de ces deux concepts. La déclaration, dite Déclaration de Sana’a, a été adoptée par acclamation par les délégués des 52 pays présents à la rencontre dont 13 africaines (Tchad, Kenya, Tunisie, Egypte, Maroc, Mauritanie, Ethiopie, Erythrée, Algérie, Djibouti, Comores, Libye et Soudan), tous représemtés au niveau ministériel. Elle affirme que la diversité culturelle et réligieuse doit être reconnue comme valeur dans l’exercise de la démocratie et des droits de l’homme, soulignant que le système démocratique doit protéger les droits et les intérêt de chacun, sans discrimination, spécialement ceux des groupes vulnérables. «La démocratie s’accomplit non seulement à travers les institutions et les lois, mais aussi à travers la pratique des principes démocratiques et doit s’exercer par l’organisation périodique d’élection législatives, avec la participation de la majorité des citoyens», souligne le document. La déclaration affirme par ailleurs que l’application effective de l’Etat de droit est vitale pour protéger la démocratie et les droits de l’homme et doit constituer le fondement pour une justice indèpendante et la séparation des pouvoirs. Instant sur l’importance d’une presse «libre et diversifiée» dans un Etat de droit, la Déclaration de Sana’a souligne que la démocratie et les droit de l’homme sont requis pour le fonctionnement libre de la société civile et la crèation de résaux avec lesquels cell-ci doit organiser des partenariats «dans un esprit de fanche collaboration». En signant la Déclaration de Sana’a, les participants se sont engagés à oeuvrer pour la réalisation pleine des principes énoncés dans le texte. Le Yémen, un Etat démocratique depuis un peu plus de dix ans, est devenue un modèle dans le monde arabe ou les régimes démocratiques ne sont pas légion. Procédant à la clôture de la rencontre, le président du Yémen, Ali Abdullah Saleh, a déclaré sous les applaudissements nourris d’une assistance ou l’on comptait les répresentants de toutes les monarchies du golfe arabo-persique, que «la démocratie peut être nocive, mais que son absence est la pire des choses» (dans un pays).





Altri articoli su:
[ Islam e democrazia ] [ Corte Penale Internazionale e Tribunale Penale Internazionale ] [ ONU e OMD ] [ Conferenza di Sana'a ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ]

Comunicati su:
[ Islam e democrazia ] [ Corte Penale Internazionale e Tribunale Penale Internazionale ] [ ONU e OMD ] [ Conferenza di Sana'a ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ]

Interventi su:
[ Islam e democrazia ] [ Corte Penale Internazionale e Tribunale Penale Internazionale ] [ ONU e OMD ] [ Conferenza di Sana'a ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ]


- WebSite Info