sito in fase di manutenzione: alcuni contenuti potrebbero non essere aggiornati
 
 agosto 2020 
LunMarMerGioVenSabDom
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 
CAMPAGNE
MISSIONI

CERCA:

Ministero degli Affari Esteri

Living together - Combining diversity and freedom in 21st-century Europe [Report of the Group of Eminent Persons of the Council of Europe] PDF DOWNLOAD >>

DOCUMENTARIO DEDICATO DA AL-JAZEERA ALLA LEADER RADICALE EMMA BONINO

Cookie Policy

>> Oran


ITALIE: "ALGERIE, UNE PORTE POUR L'AFRIQUE"

Oran - 7 juin 2007 Les Italiens montrent de grandes disponibilités à investir en Algérie. C'est en tout cas le sens des déclarations faites hier par plusieurs membres de la délégation officielle qui s'est déplacée à Alger à l'occasion de la Foire internationale. « Nous souhaitons rééquilibrer la balance commerciale entre les deux pays », a affirmé hier Mme Emma Bonino, ministre du Commerce international italien, lors d'une conférence de presse au Hilton, précisant par ailleurs qu'elle souhaitait « une présence permanente et plus établie » des entreprises italiennes en Algérie. Pour la ministre italienne, « l'Algérie, c'est plus qu'un marché de 30 millions d'habitants, c'est aussi la porte de l'Afrique », soutient-elle, en estimant que l'environnement d'investissement en Algérie est devenu « très propice pour la PME italienne. Nous ne souhaitons pas vendre uniquement, mais investir aussi », dit-elle en réponse à une question sur les intentions d'investissement de son pays. Elle a même fait part de l'existence de lignes de crédits et d'un fonds de garantie pour inciter les PME italiennes à investir dans des pays comme l'Algérie. Même des banques italiennes pourraient, annonce-t-on, s'installer en Algérie « afin d'accompagner les PME qui désirent y investir ». Interrogée à propos de la position de son pays sur le dossier de l'adhésion de l'Algérie à l'OMC, Mme Emma Bonino a estimé que la position de l'Italie « est plus ouverte que d'autres », tout en faisant état de « résistances », sans les nommer, chez certains pays de l'Union européenne à propos, notamment, de certaines questions comme les prix du gaz naturel appliqués par l'Algérie sur son marché intérieur. Emma Bonino est venue à la tête d'une mission composée d'une centaine de patrons d'entreprises italiennes. Elle affirme que son pays accorde une « grande priorité » aux relations économiques et politiques avec l'Algérie. De son côté, notre ministre des Finances confirmera lui aussi « les bonnes intentions existant des deux côtés » en faveur d'une coopération économique. Mourad Medelci a plaidé en faveur de l'amélioration du système d'information économique entre les deux pays et a affirmé la disponibilité algérienne à « tendre la main pour concrétiser des partenariats » pour la constitution de « sociétés d'investissements ». Les deux ministres, ainsi que notre ministre des Transports, Mohamed Maghlaoui, ont présidé à la signature de deux accords. Le premier a trait au secteur des transports: il a été signé entre ItalFerr (société d'ingénierie des chemins de fer) et l'Agence nationale d'études et de suivi de la réalisation des investissements (ANESRIF). Il portera sur une assistance technique italienne pour l'Algérie dans le secteur des chemins de fer. Le second accord a été conclu entre l'Union des industriels et des entreprises de Rome et l'ANDI. Ce dernier permettra aux industriels romains de connaître le climat d'affaires en Algérie. Durant son séjour, la ministre italienne du Commerce international a eu des entretiens avec le président de la République, le chef du gouvernement, ainsi qu'avec les ministres des Finances et de la Promotion de l'investissement. Par ailleurs, la mission d'entreprises italiennes en Algérie prévoit d'organiser plus de 1.000 rencontres d'affaires avec des entreprises algériennes tout au long de la durée de la Foire d'Alger. Selon les chiffres communiqués hier lors du point de presse, le montant global des échanges entre les deux pays s'élevait, en 2006, à 9,5 milliards de dollars. Grâce aux hydrocarbures, la balance commerciale est en faveur de l'Algérie, qui a exporté pour 8 milliards de dollars de gaz naturel vers l'Italie, contre 1,6 milliard de dollars d'importations algériennes de biens et services.





Altri articoli su:
[ Africa ] [ Algeria ] [ Commercio Estero ] [ Economia ] [ Globalizzazione ] [ Italia ] [ Made in Italy ] [ Unione Europea ]

Comunicati su:
[ Africa ] [ Algeria ] [ Commercio Estero ] [ Economia ] [ Globalizzazione ] [ Italia ] [ Made in Italy ] [ Unione Europea ]

Interventi su:
[ Africa ] [ Algeria ] [ Commercio Estero ] [ Economia ] [ Globalizzazione ] [ Italia ] [ Made in Italy ] [ Unione Europea ]


- WebSite Info