sito in fase di manutenzione: alcuni contenuti potrebbero non essere aggiornati
 
 novembre 2019 
LunMarMerGioVenSabDom
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CAMPAGNE
MISSIONI

CERCA:

Ministero degli Affari Esteri

Living together - Combining diversity and freedom in 21st-century Europe [Report of the Group of Eminent Persons of the Council of Europe] PDF DOWNLOAD >>

DOCUMENTARIO DEDICATO DA AL-JAZEERA ALLA LEADER RADICALE EMMA BONINO

Cookie Policy

>> Reporters sans Frontière


UN AN APRES L'ARRESTATION DE 75 DISSIDENTS A CUBA, REPORTERS SANS FRONTIERES MOBILISE L'EUROPE CONTRE LA REPRESSION SUR L'ILE

Paris. Ce 18 mars 2004, un an jour pour jour apr√®s le d√©but d'une vague d'arrestations √† Cuba qui s'√©tait conclue par la condamnation √† de lourdes peines de prison de 75 dissidents dont 27 journalistes, Reporters sans fronti√®res a organis√© une conf√©rence de presse √† Bruxelles intitul√©e "L'Europe dit non √† la r√©pression √† Cuba". Plusieurs personnalit√©s et t√©moins sont venus d√©noncer la situation des droits de l'homme sur l'√ģle √† l'occasion de cet √©v√©nement parrain√© par Bronislaw Geremek, ancien dissident et ex-ministre des Affaires √©trang√®res de Pologne, et par l'√©crivain et philosophe fran√ßais Bernard-Henri L√©vy. Le r√©alisateur espagnol Fernando Arrabal a √©galement particip√© √† cette manifestation. Des initiatives pour mobiliser l'UE et informer les Europ√©ens Au cours de la conf√©rence de presse qui se tenait au Parlement europ√©en, Reporters sans fronti√®res a annonc√© plusieurs initiatives pour mobiliser l'opinion publique et les d√©cideurs europ√©ens contre les violations des droits de l'homme commises par le r√©gime de Fidel Castro. Robert M√©nard, secr√©taire g√©n√©ral de l'organisation, a invit√© les d√©put√©s europ√©ens √† signer une "D√©claration de Bruxelles" dans laquelle ils s'engagent "√† r√©clamer sans rel√Ęche [la] lib√©ration [des 75 dissidents] au gouvernement de La Havane" et √† appeler "la Commission et le Conseil europ√©ens √† mener une politique en accord avec cet objectif". Parmi les premiers signataires, on compte le Fran√ßais Daniel Cohn-Bendit, Pr√©sident du groupe des Verts/ALE (Alliance Libre Europ√©enne), l'Italienne Emma Bonino, du groupe radical des non-inscrits (NI), la Fran√ßaise Pervenche Ber√®s, Vice-pr√©sidente du groupe du Parti Socialiste Europ√©en (PSE), l'Ecossais Graham Watson, Pr√©sident du Parti Europ√©en des lib√©raux, d√©mocrates et r√©formateurs (ELDR), le Portugais Jos√© Ribeiro e Castro, du groupe de l'Union pour l'Europe des Nations (UEN), le Belge G√©rard Deprez, du Parti Populaire Europ√©en (PPE), et le N√©erlandais Jules Maaten, de l'ELDR. Par ailleurs, Reporters sans fronti√®res a annonc√© le lancement d'une campagne d'affichage pour sensibiliser les touristes europ√©ens √† la situation cubaine. Alors qu'ils sont environ 800 000 √† se rendre chaque ann√©e dans l'√ģle, l'organisation les invite √† s'int√©resser √† Cuba au-del√† des clich√©s. Le visuel de la campagne pr√©sente une jeune femme sur une plage avec un t-shirt sur lequel on peut lire "Cuba Si, Castro No" avec la l√©gende suivante : "Pour les vacances, vous √™tes tent√© par Cuba, ses plages de r√™ve et ses rythmes endiabl√©s ? Attention ! Au-del√† des clich√©s, le soleil cubain ne brille pas pour tout le monde. En mars 2003, le r√©gime castriste arr√™tait et condamnait √† de lourdes peines de prison pr√®s de 80 journalistes, opposants et d√©fenseurs des droits de l'homme. Pour avoir os√© parler de d√©mocratie dans leur pays, certains passeront jusqu'√† 28 ans derri√®re les barreaux... Sachez o√Ļ vous mettez les pieds !" L'organisation a par ailleurs pr√©sent√© "Cuba, le livre noir", sorti √† l'occasion de ce premier "anniversaire". Diffus√© dans les pays francophones, ce livre compile les rapports de diff√©rentes associations de d√©fense des droits de l'homme (Amnesty International, Comisi√≥n Cubana de Derechos Humanos y Reconciliaci√≥n Nacional, Human Rights Watch, Pax Christi, Reporters sans fronti√®res) qui reviennent sur l'ampleur de la r√©pression du printemps 2003 et d√©crivent le fonctionnement de ce r√©gime totalitaire. Le livre noir pr√©sente √©galement de larges extraits de la l√©gislation cubaine utilis√©e pour r√©primer les libert√©s individuelles. Enfin, il cite les principaux manifestes autour desquels la dissidence, accus√©e d'√™tre un ¬ę agent de l'imp√©rialisme ¬Ľ am√©ricain, tente de conduire Cuba vers une transition d√©mocratique. Des personnalit√©s et des t√©moins pour d√©noncer les atteintes aux droits de l'homme La conf√©rence de presse a √©t√© ouverte par l'ancien dissident polonais Bronislaw Geremek alors que le 1er mai 2004, huit pays de l'ancien bloc sovi√©tique feront leur entr√©e dans l'Union europ√©enne. Compte tenu de leur histoire, ces Etats vont sans doute ¬¶uvrer au sein de l'UE pour maintenir la question des droits de l'homme au c¬¶ur de ses relations avec Cuba. L'intervention de M. Geremek a √©t√© suivie de celle de l'√©crivain et philosophe fran√ßais Bernard-Henri L√©vy qui s'est exprim√© sur les intellectuels europ√©ens et Cuba. Un br√®ve rappel historique sur la r√©pression impos√©e par le r√©gime castriste depuis ses premi√®res ann√©es a ensuite √©t√© pr√©sent√© par Elizabeth Burgos, sp√©cialiste de l'Am√©rique latine. A l'occasion de ce premier anniversaire, Reporters sans fronti√®res souhaitait √©galement donner la parole aux victimes. Plusieurs m√®res de journalistes ou dissidents actuellement emprisonn√©s appartenant √† l'association M√®res et femmes contre la r√©pression (Madres y Mujeres Anti Represi√≥n, M.A.R., bas√©e √† Miami), sont intervenues. Humberto Medrano, ancien directeur du quotidien Prensa Libre ferm√© en 1960 par les autorit√©s, a pris la parole pour expliquer comment le r√©gime castriste a impos√© un syst√®me de presse unique d√®s les premi√®res ann√©es de la R√©volution. Ces t√©moignages se sont conclus sur la lecture par le r√©alisateur espagnol Fernando Arrabal d'un texte intitul√© "Monologue du coupable" du journaliste et po√®te Ra√ļl Rivero. Laur√©at du prix Reporters sans fronti√®res-Fondation de France en 1997, Ra√ļl Rivero est l'une des figures de proue du journalisme ind√©pendant √† Cuba. Arr√™t√© le 20 mars 2003, il a √©t√© condamn√© √† 20 ans de prison. 18 mars 2003 : Cuba devient la plus grande prison du monde pour les journalistes A Cuba, la Constitution stipule que seule la presse officielle est autoris√©e. Depuis une dizaine d'ann√©es, des agences de presse ind√©pendantes tentent de contester ce monopole de l'Etat sur l'information. A d√©faut de pouvoir publier leurs informations sur l'√ģle, ces agences les envoient √† l'√©tranger o√Ļ elles sont reprises dans la presse ou sur des sites Internet. Au cours de la vague d'arrestations de mars 2003, vingt-sept journalistes ind√©pendants ont √©t√© arr√™t√©s, qui se sont ajout√©s aux trois d√©j√† d√©tenus. Inculp√©s pour "actes contre l'ind√©pendance et l'√©conomie de Cuba" (loi 88) ou pour "actes contre l'ind√©pendance et l'int√©grit√© territoriale de l'Etat" (article 91 du code p√©nal), ils ont √©t√© condamn√©s √† des peines allant de 14 √† 27 ans de prison au terme de proc√®s sommaires. D'une fa√ßon g√©n√©rale, ces journalistes ont √©t√© accus√©s de faire le jeu des Etats-Unis en publiant des informations offrant une vision diff√©rente de celle donn√©e par la presse officielle. Leurs articles traitaient g√©n√©ralement de l'opposition (non reconnue), des violations des droits de l'homme ou de la vie quotidienne des Cubains. Condamn√©s d√©but avril, les journalistes et l'ensemble des dissidents arr√™t√©s ont √©t√© transf√©r√©s peu apr√®s dans des prisons distantes parfois de plusieurs centaines de kilom√®tres de leurs domiciles. Les familles ont d√©nonc√© "une seconde condamnation", alors que les d√©placements sur l'√ģle sont longs et co√Ľteux. Les prisonniers ont √©t√© plac√©s en r√©gime de s√©v√©rit√© maximale et les visites de leurs proches ne sont autoris√©es qu'une fois par trimestre (au lieu de toutes les trois semaines). Tous d√©noncent des conditions de d√©tention inhumaines : absence d'hygi√®ne (pr√©sence de rats, cafards, etc.), absence de soins m√©dicaux, alimentation ex√©crable, manque d'acc√®s √† l'eau, interception de leur correspondance҆ Certains, comme Oscar Espinosa Chepe, sont gravement malades. Les derni√®res informations recueillies concernent Ivan Hern√°ndez Carrillo, de l'agence Patria, d√©tenu au centre p√©nitentiaire provincial de Holgu√≠n (Centre). Du 23 f√©vrier au 14 mars 2004, ce journaliste a men√© une gr√®ve de la faim pour exiger son transfert dans une autre section de la prison apr√®s avoir √©t√© menac√© de mort par ses cod√©tenus et harcel√© par ses gardiens. Inform√©s de la situation de leur ami, deux autres dissidents d√©tenus √† Holgu√≠n s'√©taient joints, le 2 mars, √† sa gr√®ve de la faim : le journaliste Adolfo Fern√°ndez Sa√≠nz et le dissident Alfredo Dom√≠nguez Batista. Les trois hommes auraient mis un terme √† leur mouvement apr√®s avoir obtenu satisfaction. Sur une page sp√©ciale du site de Reporters sans fronti√®res (www.rsf.org) intitul√©e "Cuba, la plus grande prison du monde pour les journalistes", les internautes peuvent trouver des informations sur ces journalistes emprisonn√©s, les r√©actions internationales provoqu√©es par leurs condamnations et, de fa√ßon plus large, sur le contr√īle de l'information √† Cuba.





Altri articoli su:
[ Cuba ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ]

Comunicati su:
[ Cuba ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ]

Interventi su:
[ Cuba ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ]


- WebSite Info