sito in fase di manutenzione: alcuni contenuti potrebbero non essere aggiornati
 
 novembre 2019 
LunMarMerGioVenSabDom
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CAMPAGNE
MISSIONI

CERCA:

Ministero degli Affari Esteri

Living together - Combining diversity and freedom in 21st-century Europe [Report of the Group of Eminent Persons of the Council of Europe] PDF DOWNLOAD >>

DOCUMENTARIO DEDICATO DA AL-JAZEERA ALLA LEADER RADICALE EMMA BONINO

Cookie Policy

>> Le Monde


LA TCHETCHENIE NE MOBILISE PAS LES EURODEPUTES

Le Parlement européen s'est saisi de la question tchétchène, mercredi 10 avril, juste avant que sa délégation pour les relations avec la Fédération de Russie ne se rende à Moscou. Mais cette délégation ne pourra pas s'appuyer sur un texte qui condamnerait fortement la Russie, le Parlement ayant opté pour un ton très modéré, sous l'influence de ses deux principaux groupes politiques que sont le PPE, divisé sur cette question, et le PSE. Le président du groupe du PPE, Hans-Gert Pöttering, a dû peser de tout son poids pour que le texte soit inscrit à l'ordre du jour de la session d'avril. "Le Parlement européen ne peut se taire alors qu'il y a plus de morts en Tchétchénie qu'au Proche-Orient", a-t-il expliqué, avant d'ajouter que "les droits de l'homme sont indivisibles". Mais il n'a pas réussi à modifier le contenu de la résolution, qui a été rédigée par un eurodéputé néerlandais de son groupe, Arie Oostlander. Ce texte se contente de demander aux parties de "négocier une solution politique au conflit", dans la mesure où "aucune issue militaire ne résoudra les problèmes en Tchétchénie". Olivier Dupuis, eurodéputé élu sur la liste d'Emma Bonino et membre du groupe des non-inscrits, a vivement critiqué cette formulation : "Pour la ènième fois, on "invite" la Russie à bien se comporter, alors qu'il fallait demander que le Conseil de l'Union européenne exerce une pression forte sur elle, afin qu'elle négocie la paix avec le président Maskhadov". M. Dupuis s'est indigné du fait que le texte se contente d'évoquer une "violation des droits de l'homme", alors qu'"il se commet un génocide". De même, Bernd Posselt, député PPE, a-t-il affirmé que "lorsqu'un cinquième de la population est assassinée, on doit parler de génocide". M. Dupuis s'en est pris, en séance, au commissaire chargé de l'aide humanitaire, Poul Nielson, qui n'aurait "pas trouvé le temps de faire le déplacement en Tchétchénie". Il lui a lancé : "Vous pouvez peut-être rencontrer le ministre de la santé, qui est là dans la tribune du public ! Il a été reçu par les présidents de groupes du Parlement, il n'est pas pestiféré !" M. Nielson n'a pas répondu. Son porte-parole a indiqué au Monde que le commissaire a essayé de se rendre en Tchétchénie, mais qu'il a été bloqué à la frontière, malgré des démarches auprès du président Poutine.





Altri articoli su:
[ Unione Europea ] [ Cecenia ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ]

Comunicati su:
[ Unione Europea ] [ Cecenia ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ]

Interventi su:
[ Unione Europea ] [ Cecenia ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ]


- WebSite Info