sito in fase di manutenzione: alcuni contenuti potrebbero non essere aggiornati
 
 novembre 2019 
LunMarMerGioVenSabDom
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CAMPAGNE
MISSIONI

CERCA:

Ministero degli Affari Esteri

Living together - Combining diversity and freedom in 21st-century Europe [Report of the Group of Eminent Persons of the Council of Europe] PDF DOWNLOAD >>

DOCUMENTARIO DEDICATO DA AL-JAZEERA ALLA LEADER RADICALE EMMA BONINO

Cookie Policy

>> The Chechen Times


POUR UNE ADMINISTRATION PROVISOIRE DES NATIONS UNIES EN TCHETCHENIE

De Olivier Dupuis Chers amis tchétchènes, chers amis de la Tchétchénie, comme si la tragédie en cours en Tchétchénie ne suffisait pas, les gouvernements des pays démocratiques - USA et Union Européenne en tête - ont tenu à ajouter à l'horreur un peu plus de leur propre déshonneur en sacrifiant à nouveau le génocide en cours en Tchétchénie sur l'autel d'une soi-disante vision stratégique, celle de la stabilité de la Russie (ou de son oligarchie) à n'importe quel prix, y compris donc au prix de la vie des Tchétchènes et de l'enracinement de la démocratie en Russie. Inutile de s'étendre sur les nombreux précédents historiques et leurs conséquences tragiques pour l'humanité auxquels renvoie aujourd'hui la tragédie tchétchène. Une fois de plus à Saint-Petersbourg, l'Europe, les Etats-Unis, les démocraties ont décidé de ne pas vouloir voir, de ne pas vouloir agir. Il me semble plus important à un moment où à la tragédie que vit le peuple tchétchène s'ajoutent l'aveuglement, la surdité et la démission des chancelleries occidentales, de tenter de comprendre ce que nous pouvons et nous devons faire pour redonner une chance au dialogue, à de véritables négociations, en un mot à la politique. De ce point de vue, au milieu de ce panorama désolant que nous ne connaissons que trop bien, un fait de première importance est survenu. Je me réfère bien entendu au nouveau plan de paix conçu par le Ministre tchétchène des Affaires Etrangères, M. Ilyas Akhmadov, demandant l'institution d'une Administration provisoire des Nations unies sur la Tchétchénie. Il s'agit là d'une proposition radicalement nouvelle en ce qu'elle tient compte pour la première fois des intérêts légitimes de la Fédération de Russie, des autres Etats voisins de la Tchétchénie et de la communauté internationale toute entière, qu'elle prend l'exacte mesure de la détérioration ultérieure de la situation en Tchétchénie provoquée par trois années de politique de terreur des forces russes d'occupation et qu'elle tire les leçon de l'expérience malheureuse de 1996-1999. Et sur base de ces constats, le Ministre des Affaires Etrangères estime que sans enracinement de la démocratie et de l'Etat de Droit, il ne peut y avoir de véritable futur pour la Tchétchénie. Ceci étant posé, le plus dur reste à faire. Convaincre ! Convaincre la communauté internationale à faire sien ce nouveau plan de paix. Cette tâche aussi vaste que difficile ne pourra être réalisée sans une mobilisation de tous et de toutes. Des Tchétchènes en premier lieu, mais aussi des citoyens russes et de tous les pays démocratiques. Parce qu'il est absolument convaincu de l'importance et de l'urgence de la proposition du Ministre tchétchène des Affaires Etrangères, le Parti Radical Transnational a décidé de lancer un appel aux Nations Unies en soutien à ce plan. Des dizaines de personnalités internationales et de parlementaires européens et nationaux et des centaines de citoyens de plus de cinquante pays ont déjà décidé de s'associer à cette initiative en signant cet appel. Mais cela est loin, bien loin, de suffire ! Si dans les semaines et les mois qui viennent ce nouveau plan de paix du gouvernement tchétchène n'est pas soutenu par des dizaines de milliers de citoyens tchétchènes, russes, américains, européens, ... , s'il ne devient pas un outil de mobilisation et de convergence des actions de tous, nous risquons de condamner un peu plus à la résignation ou au désespoir le peuple tchétchène et, avec lui, tous ceux et celles qui luttent pour la liberté, la démocratie et l'Etat de Droit en Tchétchénie et en Russie. Telles sont les raisons pour lesquelles je vous invite à vous organiser autour de ce nouveau Plan de Paix en signant et en faisant signer autour de vous l'appel au Secrétaire Général et aux Chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres des Nations unies. (*) Député européen, radical P.S.1. L'appel peut être signé sur le site du Parti Radical Transnational: www.radicalparty.org P.S.2. Parmi les premiers signataires de l'appel : Otto von Habsburg, président de l’Union Paneuropéenne, les philosophes André Glucksmann et Pascal Bruckner, Bernard Kouchner, ancien Haut Représentant des Nations Unies pour le Kosovo, les dissidents soviétiques Elena Bonner-Sakharov, Leonid Plioutsch, Vladimir Bukovsky et Andrej Mironov, le ministre tchétchène de la Santé Oumar Khanbiev, le vice-président du Parlement tchétchène Seilam Bechaev, le résistant du ghetto de Varsovie Marek Edelman, la journaliste Barbara Spinelli, Ariane Mnouchkine, directrice du Théâtre du Soleil, le cinéaste Romain Goupil, les dissidents et opposants d’Asie Vo Van Ai (Vietnam), Enver Can (Turkestan oriental), Kok Ksor (Montagnards), Vanida Thephsouvanh (Laos), les opposants tunisiens, Sihem Bensedrine et Khemais Chammari, l’écrivain albanais Ismail Kadaré, la sinologue Marie Holzman, les députés européens Danielle Auroi, Emma Bonino, Alima Boumediene-Thiery, John Bowis, Renato Brunetta, Marco Cappato, Marie-Arlette Carlotti, Paulo Casaca, Daniel Cohn-Bendit, Raffaele Costa, Benedetto Della Vedova, Gianfranco Dell’Alba, Harlem Désir, Jan Dhaene, Giuseppe Di Lello, Antonio Di Pietro, Olivier Dupuis, Carlo Fatuzzo, Enrico Ferri, Hélène Flautre, Glyn Ford, Pernille Frahm, Monica Frassoni, Per Gahrton, Jas Gawronski, Vitaliano Gemelli, Fiorella Ghilardotti, Pierre Jonckheer, Paul Lannoye, Alain Lipietz, Giorgio Lisi, Sarah Ludford, Lucio Manisco, Thomas Mann, Mario Mauro, José Maria Mendiluce, Reinhold Messner, Luisa Morgantini, Francesco Musotto, Pasqualina Napoletano, Gérard Onesta, Doris Pack, Marco Pannella, Bernd Posselt, Lennart Sacrédeus, Giacomo Santini, Luciana Sbarbati, Mariotto Segni, Francesco Speroni, The Earl Of Stockton, Fodé Sylla, Franz Turchi, Ari Vatanen, Gianni Vattimo, Demetrio Volcic, Matti Wuori, Stefano Zappalà et François Zimeray, le député français et ancien ministre Jack Lang, les parlementaires cambodgiens Son Chhay, Sam Rainsy et Saumura Tioulong (Cambodge), Marco Boato, Roberto Giachetti et Antonio Del Pennino (Italie), Kina Andreeva (Bulgarie), Snjezana Biga-Friganovic, Zlatko Kramaric, Ivo Skrabalo et Djurdja Adlesic (Croatie), Gaqo Apostoli, Fatmir Mediu, Dashamir Shehi et Engjell Bejtaj (Albanie), Mariusz Kaminski (Pologne), les sénateurs belges Jean Cornil et Georges Dallemagne, les Représentants de la République tchétchène d’Ichkérie Aminat Saijeva (Lituanie), Ramzan Ampoukaev (Pologne) et Karoly Arszlan Berg (Hongrie), Lev Ponomarev, Président du Mouvement pour les Droits de l’Homme (Russie), Irena Lasota, Présidente de l’Institut pour la Démocracie en Europe orientale (USA), Nikolaj Khramov, président des radicaux russes et Stanislav Mikhailovic Dmitrievskiy, Co-président de la « Russian Chechen Friendship Society ».





Altri articoli su:
[ Unione Europea ] [ Cecenia ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ]

Comunicati su:
[ Unione Europea ] [ Cecenia ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ]

Interventi su:
[ Unione Europea ] [ Cecenia ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ]


- WebSite Info