sito in fase di manutenzione: alcuni contenuti potrebbero non essere aggiornati
 
 agosto 2019 
LunMarMerGioVenSabDom
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
CAMPAGNE
MISSIONI

CERCA:

Ministero degli Affari Esteri

Living together - Combining diversity and freedom in 21st-century Europe [Report of the Group of Eminent Persons of the Council of Europe] PDF DOWNLOAD >>

DOCUMENTARIO DEDICATO DA AL-JAZEERA ALLA LEADER RADICALE EMMA BONINO

Cookie Policy

>> La Stampa


NE DIMINUONS PAS LA COUR DES VAINCUS

per Emma Bonino

Et si les journalistes, ou mieux, toute l'information avaient la conscience sale pour le drame de la Bosnie-Herz√©govine? La question na√ģt spontan√©ment en lisant les compte-rendus publi√©s sur la presse suite √† l'inauguration √† La Haye du tribunal international qui jugera les crimes commis en ex-Yougoslavie. Des articles empreints de scepticisme, d'indignation "ex post" et tant, tant de sentiments de culpabilit√©. "Le tribunal devrait juger les crimes de l'Occident", "Ce n'est pas autre chose qu'un Nuremberg diminu√©", ce n'est qu'une fa√ßon pour la communaut√© internationale de laver sa propre faute, celle de ne pas avoir arr√™t√© le massacre": voil√†, fondamentalement, les prises de position qui abondaient dans les journaux. Mais pourquoi d√©truire, encore avant qu'il ne commence ses travaux, le seul instrument que la communaut√© internationale a su et pu mettre en fonction? Pourquoi marquer d'impuissance la premi√®re "cour des vaincus" jamais institu√©e par l'ONU, en marchant d'une mani√®re compacte au cri "de toute fa√ßon elle ne pourra jamais fonctionner"? La raison est peut-√™tre dans le fait que le sentiment de culpabilit√© et d'impuissance est en train de l'emporter sur la n√©cessit√© d'une r√©sistance √† la barbarie, certainement plus difficile √† mettre en oeuvre aujourd'hui apr√®s les erreurs, les fautes et les complicit√©s d'hier et d'avant-hier. C'est un fait que la guerre en ex-Yougoslavie est un miroir devant lequel nous avons tous honte: aussi bien ceux qui plus que d'autres et avant les autres ont compris la trag√©die qui s'annon√ßait (y compris nos "envoy√©s de guerre"), qu'√† plus forte raison ceux qui ont r√©serv√© aux Balkans des larmes d'occasion devant les corps tortur√©s. Les responsabilit√©s principales, c'est clair, appartiennent aux Realpolitiker d'emprunt de l'Occident, qui ont d√©jeun√© et n√©goci√© avec les criminels, alors que leurs argousins massacraient et violaient. Personne, cependant, ne peut se dispenser de boire l'autre partie du calice amer des fautes. Et encore moins les m√©dias, coupables de n'avoir montr√© de l'indignation et de l'engagement sur l'ex-Yougoslavie que d'une mani√®re alternative: lorsqu'il fallait "pomper le cas de la petite Irma, parler un peu des dizaines de milliers de viol√©es, lorsqu'il fallait montrer l'√©ni√®me "massacre du pain". Sans assumer, cependant, le lourd fardeau d'une information quotidienne sur la vie et la mort des gens en guerre, d'une prise de position quotidienne pour le droit et la l√©galit√©. En envoyant balader, pour une fois, le mythe de la nouvelle du jour qui ne peut durer qu'un jour. C'est pour √ßa, fondamentalement, que la nouvelle concernant le tribunal de La Haye n'a pas r√©ussi √† passer par le filtre des journaux et √† parvenir aux lecteurs. Des lecteurs √† qui personne n'a expliqu√© que le tribunal ne r√©sout certainement pas la guerre, ni qu'il brise la glace qui enserre d√©j√† Sarajevo, mais qu'il repr√©sente par contre le premier pas vers la r√©installation possible de la l√©galit√© perdue durant ces deux ann√©es. C'est faux que la Cour de La Haye ne puisse pas fonctionner: il est vrai par contre qu'il s'agit d'un instrument juridique qui ne peut fonctionner que s'il est soutenu par une volont√© politique. Et l'attitude destructive, qui a fonctionn√© ces jours-ci comme seule cl√© de lecture, ne fait rien d'autre que jouer en faveur des criminels et des seigneurs de la guerre pas uniquement dans les Balkans. Car elle avilit ne fut-ce que toute tentative de ramener le probl√®me de la coexistence dans le cours de la l√©galit√© internationale. En d√©finitive, marquer d'impuissance le Tribunal de La Haye, rend impossible le v√©ritable objectif que se proposait d'atteindre la campagne radicale pour l'institution d'une cour internationale sur l'ex-Yougoslavie: celui de cr√©er un tribunal permanent appel√© √† juger tous les crimes contre l'humanit√© commis partout dans le monde. Beaucoup de gens, il y a quelques mois, nous ont accus√© d'avoir utilis√© deux poids et deux mesures en demandant le tribunal sur la ex-Yougoslavie en oubliant de le pr√©tendre pour le Cambodge, le Chili, le Salvador. Eh bien, √īter sous les pieds des juges le soutien indispensable de l'opinion publique et des gouvernements ne signifie rien d'autre que mettre une pierre tombale sur la possibilit√© d'avoir un tribunal pour les Cambodge et Salvador √† venir. Ceux qu'on appelle aujourd'hui Somalie, Burundi, Nagorno Karabakh.





Altri articoli su:
[ Ex-Jugoslavia ] [ Cambogia ] [ Corte Penale Internazionale e Tribunale Penale Internazionale ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ]

Comunicati su:
[ Ex-Jugoslavia ] [ Cambogia ] [ Corte Penale Internazionale e Tribunale Penale Internazionale ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ]

Interventi su:
[ Ex-Jugoslavia ] [ Cambogia ] [ Corte Penale Internazionale e Tribunale Penale Internazionale ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ]


- WebSite Info