sito in fase di manutenzione: alcuni contenuti potrebbero non essere aggiornati
 
 dicembre 2018 
LunMarMerGioVenSabDom
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 
CAMPAGNE
MISSIONI

CERCA:

Ministero degli Affari Esteri

Living together - Combining diversity and freedom in 21st-century Europe [Report of the Group of Eminent Persons of the Council of Europe] PDF DOWNLOAD >>

DOCUMENTARIO DEDICATO DA AL-JAZEERA ALLA LEADER RADICALE EMMA BONINO

Cookie Policy

>> AFP


BERLUSCONI SOUHAITE UN DEBUT DE RETRAIT D'IRAK A PARTIR DE SEPTEMBRE

Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a annoncé mercredi qu'il souhaitait commencer le retrait des troupes italiennes d'Irak "au plus vite et si possible à partir de septembre", dans un entretien téléphonique avec le président américain George W. Bush. "Le président Berlusconi a réitéré au président Bush son souhait de pouvoir commencer au plus vite et si possible dès septembre un retour graduel et progressif du contingent italien en Irak", indique un communiqué officiel italien. M. Berlusconi a confirmé que cette décision "dépendra de la capacité croissante du gouvernement irakien à assurer la sécurité et l'ordre public du pays". Le chef du gouvernement italien a en outre assuré que le gouvernement irakien et ceux des pays alliés seraient consultés. Selon le communiqué, le président Bush a appelé M. Berlusconi et, au cours de leur "long et cordial entretien", les deux hommes d'Etat ont évoqué "la situation en Irak, les prochaines nominations à la tête de la Banque mondiale et la candidature de l'Italienne Emma Bonino au poste de Haut commissaire de l'Onu pour les réfugiés". "Le président des Etats-Unis a renouvelé au président Berlusconi ses sentiments d'amitié et sa pleine appréciation pour la contribution italienne au processus devant assurer à l'Irak un avenir libre et démocratique", conclut le communiqué. M. Berlusconi a annoncé mardi soir à la télévision publique Rai le début d'une réduction progressive du contingent italien à partir de septembre, suscitant la surprise. Dans une tribune à paraître jeudi mais rendue publique mercredi, M. Berlusconi a souligné que le moment était venu de "commencer à discuter avec le gouvernement irakien et les alliés d'un retrait des militaires italiens en Irak". "Depuis les élections du 30 janvier (bien janvier) (...), on peut commencer à parler de +mission accomplie+, sans toutefois exclure de nouveaux engagements sérieux pour soutenir politiquement, militairement et diplomatiquement la démocratie irakienne naissante", a-t-il ajouté. "Désengager graduellement un certain nombre de soldats assurant le contrôle du territoire et l'aide à la reconstruction est l'évolution politique naturelle d'une bataille qui continue", a-t-il expliqué, tout en soulignant la nécessité de "se mettre d'accord à chaque étape avec les destinataires de la mission (les Irakiens) et les alliés de la coalition".





Altri articoli su:
[ Unione Europea ] [ Italia ] [ Iraq ] [ ONU e OMD ] [ ]

Comunicati su:
[ Unione Europea ] [ Italia ] [ Iraq ] [ ONU e OMD ] [ ]

Interventi su:
[ Unione Europea ] [ Italia ] [ Iraq ] [ ONU e OMD ] [ ]


- WebSite Info