sito in fase di manutenzione: alcuni contenuti potrebbero non essere aggiornati
 
 settembre 2020 
LunMarMerGioVenSabDom
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930 
CAMPAGNE
MISSIONI

CERCA:

Ministero degli Affari Esteri

Living together - Combining diversity and freedom in 21st-century Europe [Report of the Group of Eminent Persons of the Council of Europe] PDF DOWNLOAD >>

DOCUMENTARIO DEDICATO DA AL-JAZEERA ALLA LEADER RADICALE EMMA BONINO

Cookie Policy

>> Radio Télévision Belge Francophone


PETITION CONTRE LES MUTILATIONS GENITALES FEMININES

Radio Télévision Belge Francophone - 4 mai 2012

Des parlementaires belges et européens, des représentants gouvernementaux et des activistes pour la reconnaissance et la promotion des droits des femmes ont lancé jeudi une pétition pour une résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) interdisant les mutilations génitales féminines (MGF) au niveau mondial. Ils ont profité de cette occasion pour demander le soutien du Sénat belge.

"Près de trois millions de jeunes filles et de femmes sont chaque année victimes des MGF. Ce fléau ne touche pas seulement l'Afrique, mais aussi l'Asie, l'Amérique du sud, etc. C'est l'immigration qui a permis son expansion au niveau mondial", a déclaré Chantal Compaoré, Première Dame du Burkina Faso et coordinatrice de la campagne pour l'interdiction mondiale des MGF, au cours d'une conférence de presse au Sénat.

"Cette résolution constituerait la plus haute expression de volonté politique afin de mettre fin à cette violation des droits de l'Homme", estiment les militants de cette campagne internationale. Une première avancée considérable dans la lutte contre les MGF a été observée en juillet 2011, lors du sommet de l'Union Africaine à Malabo, en Guinée Équatoriale. Les chefs d'États africains s'étaient alors accordés pour soutenir cette résolution d'interdiction mondiale des MGF lors de la 66e session de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Chantal Compaoré a rappelé que les MGF mettent à la fois en péril le plaisir sexuel des victimes ainsi que leur santé. Si les excisions font partie de certaines cultures, elle estime cependant que "quand les traditions ne sont pas bonnes, il faut tout simplement les abolir".





Altri articoli su:
[ Africa ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ ONU ] [ Stop FGM! ]

Comunicati su:
[ Africa ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ ONU ] [ Stop FGM! ]

Interventi su:
[ Africa ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ ONU ] [ Stop FGM! ]


- WebSite Info