sito in fase di manutenzione: alcuni contenuti potrebbero non essere aggiornati
 
 novembre 2019 
LunMarMerGioVenSabDom
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CAMPAGNE
MISSIONI

CERCA:

Ministero degli Affari Esteri

Living together - Combining diversity and freedom in 21st-century Europe [Report of the Group of Eminent Persons of the Council of Europe] PDF DOWNLOAD >>

DOCUMENTARIO DEDICATO DA AL-JAZEERA ALLA LEADER RADICALE EMMA BONINO

Cookie Policy

>> Libération


GARANTE

Libération - 21 janvier 2013

par Sylvain Bourmeau

 

Le Mali n’est pas l’Afghanistan. La comparaison hâtive, agitée pour mieux effrayer, ne relève d’aucune raison. Il suffit, pour s’en assurer, d’observer les réactions locales à une intervention vivement réclamée et dont la célérité est largement saluée comme inespérée. La France a donc décidé d’assumer, seule pour l’instant, sa responsabilité en s’affrontant militairement aux conséquences maliennes de l’opération libyenne, dont elle n’était pour tant que l’une des parties prenantes. Sans doute faut-il y voir aussi, cinquante ans après, non pas l’énième manifestation d’un néocolonialisme économique mais bien plutôt le coût exorbitant et très politique d’une décolonisation brutale dont les frontières au cordeau offrent le stigmate le plus manifeste. Après avoir indirectement donné naissance à la «démocratie» malienne en 1991, la question du Nord a fini par l’empoisonner gravement au point de la faire tomber en mars à la faveur d’un médiocre putsch militaire, révélant soudainement le sfragilités d’un pays soumis aux diktats des ajustements structurels et à la désorganisation chronique de son système éducatif. Une véritable nation pourtant, laïque et sachant faire cohabiter en bonne intelligence langues et cultures diverses. Mais une république hélas incapable de former les élites susceptibles de porter son propre développement. Après la guerre, la France ne sera donc pas quitte. Il lui faudra savoir ouvrir ses frontières et accorder des visas jusque-là trop souvent refusés, notamment aux jeunes Maliens désireux de venir étudier ici. Ainsi, c’est certain, le Mali ne sera jamais l’Afghanistan.

 





Altri articoli su:
[ Africa ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ Islam e democrazia ] [ Mali ] [ Unione Europea ]

Comunicati su:
[ Africa ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ Islam e democrazia ] [ Mali ] [ Unione Europea ]

Interventi su:
[ Africa ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ Islam e democrazia ] [ Mali ] [ Unione Europea ]


- WebSite Info