sito in fase di manutenzione: alcuni contenuti potrebbero non essere aggiornati
 
 maggio 2022 
LunMarMerGioVenSabDom
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 
CAMPAGNE
MISSIONI

CERCA:

Ministero degli Affari Esteri

Living together - Combining diversity and freedom in 21st-century Europe [Report of the Group of Eminent Persons of the Council of Europe] PDF DOWNLOAD >>

DOCUMENTARIO DEDICATO DA AL-JAZEERA ALLA LEADER RADICALE EMMA BONINO

Cookie Policy

>> Libération


L'EGYPTE SECOUE PAR DES HEURTS INTERRELIGIEUX

Libération - 9 avril 2013

par Marwan Chahin

Deux personnes ont été tuées et 90 autres blessées dans des affrontements interreligieux, dimanche au Caire, devant la cathédrale Saint-Marc. Des heurts ont éclaté alors que se déroulaient les funérailles de quatre coptes, tués vendredi dans la province de Qalioubiya. Il semble que des fidèles aient été agressés alors qu’ils sortaient du bâtiment religieux, en scandant des slogans hostiles au régime, accusé de délaisser les chrétiens. Des assaillants non identifiés, postés sur les toits alentours, leur auraient alors jeté des pierres, entraînant une riposte copte. Les heurts se sont poursuivis toute la soirée et les forces de l’ordre présentes ont mis longtemps à intervenir.

Les violences de vendredi seraient, elles, parties d’une réprimande adressée par un quinquagénaire musulman a des enfants chrétiens qui auraient dessiné une croix gammée sur les murs d’une école islamique, dans le village de Kholousse. Le ton serait monté, des personnes des deux communautés s’en seraient mêlées, avant que les choses ne dégénèrent en bataille rangée. Des armes à feu ont été utilisées et une église anglicane a été partiellement incendiée. Au moins cinq victimes (quatre coptes et un musulman) sont à déplorer, même si un prêtre local évoque un bilan plus lourd.

Dans un contexte politique déjà brûlant, ces violences sont venues réveiller le spectre d’un conflit intercommunautaire. Les autorités religieuses des deux bords et les représentants des principaux partis ont multiplié les appels au calme.

Le président égyptien, Mohamed Morsi, a fermement condamné les incidents, déclarant qu’il considérait «toute attaque de la cathédrale comme une attaque contre [lui]-même». Ces propos n’ont pas rassuré les chrétiens d’Egypte, qui sont nombreux à le considérer responsable de la situation. Selon eux, l’élection d’un président islamiste, issu de la confrérie des Frères musulmans, n’a fait qu’accroître la marginalisation des coptes et attiser les tensions interreligieuses. Des associations chrétiennes dénoncent une multiplication des attaques contre des églises, notamment dans les campagnes, depuis la révolution.

Mais ce type de heurts était déjà répandu auparavant et ce genre d’incidents est souvent mal relayé par les médias locaux, ce qui ne permet pas une observation précise du phénomène. Il est en revanche avéré que de plus en plus de chrétiens cherchent à émigrer, pour des motifs économiques mais aussi parce que beaucoup estiment ne plus avoir leur place dans la société égyptienne. Les coptes, deuxième minorité religieuse du pays, représentent entre 6 et 10% des 80 millions d’Egyptiens.





Altri articoli su:
[ Africa ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ Egitto ] [ Islam e democrazia ] [ Medio Oriente ]

Comunicati su:
[ Africa ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ Egitto ] [ Islam e democrazia ] [ Medio Oriente ]

Interventi su:
[ Africa ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ Egitto ] [ Islam e democrazia ] [ Medio Oriente ]


- WebSite Info