sito in fase di manutenzione: alcuni contenuti potrebbero non essere aggiornati
 
 novembre 2019 
LunMarMerGioVenSabDom
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CAMPAGNE
MISSIONI

CERCA:

Ministero degli Affari Esteri

Living together - Combining diversity and freedom in 21st-century Europe [Report of the Group of Eminent Persons of the Council of Europe] PDF DOWNLOAD >>

DOCUMENTARIO DEDICATO DA AL-JAZEERA ALLA LEADER RADICALE EMMA BONINO

Cookie Policy

>> LibƩration


GUERRIER A CONTRECOEUR

LibƩration - 9 septembre 2013

par FranƧois Sergent

La Syrie devient la guerre dont personne ne veut. Pas meĢ‚me ses deux attaquants en chef, Barack Obama et FrancĢ§ois Hollande. Le preĢsident francĢ§ais, champion de la procrastination apreĢ€s avoir annonceĢ des frappes avant le G20, attend deĢsormais non seulement le vote de plus en plus incertain de la repreĢsentation nationale ameĢricaine mais encore le rapport des inspecteurs de lā€™ONU. Rapport qui, on le sait, ne peut en aucun cas attribuer la responsabiliteĢ de lā€™attaque chimique du 21 aouĢ‚t, une mission hors mandat. Quant au preĢsident ameĢricain et aĢ€ ses hommes, sensibles aĢ€ lā€™isolationnisme croissant de lā€™opinion publique, ils sā€™eĢvertuent aĢ€ expliquer quā€™il ne sā€™agit pas dā€™une guerre, mais de frappes limiteĢes dans le temps et dans leurs objectifs, de plus en plus confus. Tout juste, Ā«un coup de semonceĀ», selon lā€™expression dā€™Obama. Dans une deĢposition deĢsastreuse au CongreĢ€s, son chef dā€™eĢtat-major, le geĢneĢral Martin Dempsey, a reconnu ne pas savoir ce quā€™il Ā«voulait faire en SyrieĀ». Plus que jamais, Obama est le reluctant warrior, le Ā«guerrier aĢ€ contrecœurĀ».
Ses flottements ont affaibli sa position (et accessoirement celle de son allieĢ francĢ§ais et solitaire). Ces incertitudes sur la reĢsolution du preĢsident ameĢricain nourrissent une opposition disparate, composeĢe de la gauche deĢmocrate antiguerre qui ne veut rien faire et de la droite reĢpublicaine qui pense quā€™il faut eĢlargir les buts de guerre et renverser Al-Assad. Comme le disait hier une eĢditorialiste du Washington Post, Kathleen Parker, Ā«faire une petite guerre cā€™est comme eĢ‚tre un peu enceinteĀ».





Altri articoli su:
[ Americhe ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ Medio Oriente ] [ Siria ] [ Unione Europea ] [ USA ]

Comunicati su:
[ Americhe ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ Medio Oriente ] [ Siria ] [ Unione Europea ] [ USA ]

Interventi su:
[ Americhe ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ Medio Oriente ] [ Siria ] [ Unione Europea ] [ USA ]


- WebSite Info