sito in fase di manutenzione: alcuni contenuti potrebbero non essere aggiornati
 
 dicembre 2018 
LunMarMerGioVenSabDom
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 
CAMPAGNE
MISSIONI

CERCA:

Ministero degli Affari Esteri

Living together - Combining diversity and freedom in 21st-century Europe [Report of the Group of Eminent Persons of the Council of Europe] PDF DOWNLOAD >>

DOCUMENTARIO DEDICATO DA AL-JAZEERA ALLA LEADER RADICALE EMMA BONINO

Cookie Policy

>> Libération


EN LIBYE, LES ARMES A FEU FONT UN CARTON AU MARCHE NOIR

Libération - 28 janvier 2014

par Mathieu Galtier

Les étals du marché de la rue Rachid sont massés le long des trottoirs couverts. Pratique pour se protéger de la pluie et du soleil, dérangeant lorsque les oiseaux en cage piaillent ou que Hamid, sur le point de conclure une vente, sort sa botte secrète en même temps que le pistolet de sa boîte : la démonstration grandeur nature. Bras tendu vers le ciel, il tire sans sommation. Chaland sujet aux acouphènes s’abstenir. Des vieilles dames, venues s’approvisionner à la boulangerie juste à côté, sursautent, râlent à cause du bruit, puis passent leur chemin. «Le business est bon, assure Bilal. Je peux vendre plusieurs dizaines d’armes par jour. Tout le monde en veut pour se protéger.» Sur ces dires, une mère et son fils d’une douzaine d’années s’arrêtent pour se faire expliquer le maniement de l’engin. «C’est pour me protéger quand mon mari n’est pas à la maison», explique la femme.

Armes à canon court pour appâter la gent féminine, pistolets chromés pour attirer les fans de films de gangsters et fusils à pompe pour les spécialistes, l’assortiment très complet est exposé à quelques centaines de mètres de l’hôtel Corinthia, prisé des businessmen et des diplomates. Ces armes viennent de Turquie. Acheminées par bateau, elles sont récupérées au port par des grossistes qui les revendent ensuite à Hamid, Bilal et leurs collègues. Les pièces de cet arsenal sont des contrefaçons de Beretta ou de Makarov. Le pistolet semi-automatique coûte 150 dinars libyens (environ 88 euros) ; le fusil à pompe, 700 dinars et la boîte de 50 munitions estampillées de la firme turque Ozkursan revient à 30 dinars. «C’est de la qualité, assure Hamid, le "chef" des armuriers de la rue Rachid. Ce n’est pas comme les armes chinoises qui explosent dans la main. On a eu trop de retours de clients mécontents.» «Ce ne sont pas des armes d’origine, mais elles font leur travail, c’est-à-dire tuer, assure un spécialiste en sécurité venu examiner les marchandises. Les fusils à pompe sont vendus avec des munitions pour gibier. Si ça tue un sanglier, ça tue un homme sans problème.»

Le 15 décembre, le Congrès national a voté une loi interdisant la possession de tout type d’arme sous peine de d’écoper de dix ans de prison maximum. Le texte n’émeut pas outre mesure les camelots. Primo, le pays compte plus de 20 millions d’armes en circulation (pour environ 6 millions d’habitants) et les autorités se concentrent sur la récolte des armes lourdes aux mains des brigades ; secundo, les tribunaux fonctionnent au ralenti et tertio, «les policiers se fournissent chez nous», sourit Hamid. Au pire, il restera toujours le souk 2.0. Et la page Facebook intitulée «Marché des armes à feu en Libye» qui propose des mitrailleuses.





Altri articoli su:
[ Africa ] [ Libia ]

Comunicati su:
[ Africa ] [ Libia ]

Interventi su:
[ Africa ] [ Libia ]


- WebSite Info