sito in fase di manutenzione: alcuni contenuti potrebbero non essere aggiornati
 
 aprile 2019 
LunMarMerGioVenSabDom
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930 
CAMPAGNE
MISSIONI

CERCA:

Ministero degli Affari Esteri

Living together - Combining diversity and freedom in 21st-century Europe [Report of the Group of Eminent Persons of the Council of Europe] PDF DOWNLOAD >>

DOCUMENTARIO DEDICATO DA AL-JAZEERA ALLA LEADER RADICALE EMMA BONINO

Cookie Policy

>> Le Figaro


AFGHANISTAN : REGAIN DE VIOLENCE A UN MOIS DES ELECTIONS LEGISLATIVES

Le Figaro - 23 août 2005 Les talibans font pression sur la population afin qu'elle boycotte le scrutin du 18 septembre par Marie-France Calle Le record est inquiétant. Jamais, depuis le début de l'opération «Enduring Freedom» («Liberté immuable»), à l'automne 2001, les forces américaines en Afghanistan n'avaient subi autant de pertes en si peu de temps. Soixante-quatorze soldats ont été tués au cours des huit premiers mois de cette année, dont quarante-sept au combat, faisant d'ores et déjà de 2005 l'année la plus sanglante pour les troupes de la coalition antiterroriste. L'approche des élections législatives prévues pour le 18 septembre n'est sans doute pas étrangère au redoublement de la violence en Afghanistan. Pour preuve, les forces américaines ne sont pas les seules à en faire les frais. Depuis le printemps, nombre de chefs religieux, des partisans du gouvernement d'Hamid Karzaï, voire des talibans modérés, ont été pris pour cibles par tous ceux qui ont juré de saboter le timide processus démocratique en cours dans le pays. Mais le contexte électoral n'explique pas tout. Il n'explique pas, notamment, la virulence et l'efficacité soudaines dont font preuve les ennemis de Karzaï et des États-Unis depuis le printemps, essentiellement dans le sud et le sud-est de l'Afghanistan. Un territoire traditionnellement hostile, il est vrai, au gouvernement de Kaboul. L'ancien fief des talibans est situé à un jet de pierre de la frontière pakistanaise, extrêmement poreuse. C'est là qu'ont été abattus dimanche, le mollah Abdullah Malang, chef adjoint du Conseil des oulémas (conseil religieux) du district de Panjwaey et l'un de ses collègues. Ils ont été éliminés lors d'un scénario désormais classique : deux hommes à moto ont déchargé leurs mitraillettes sur les religieux alors qu'ils sortaient de la mosquée. Abdul Latif Hakimi, l'infatigable porte-parole des talibans, a aussitôt revendiqué cet attentat. Comme il a revendiqué la tentative d'assassinat contre un autre dignitaire de l'islam, dans le district voisin de Spin Boldak. Car le week-end dernier a été particulièrement meurtrier dans le sud et l'est de l'Afghanistan. Pour les supporters du régime Karzaï, mais aussi pour les forces de Washington. Quatre soldats américains ont été tués dimanche, trois autres ont été blessés dans l'explosion d'une bombe dans le sud du district de Deh Chopan, dans la province de Zaboul. Les quatre hommes ont été emportés par la détonation d'un engin de forte puissance au passage de leur convoi. A l'est du pays, dans le district de Jhazi Abad dans la province de Kunar, des véhicules américains ont pour leur part, échappé de justesse à une autre attaque. «Deux camions-citernes transportant de l'essence pour la base américaine d'Asadabad ont été attaqués par des talibans», a indiqué le gouverneur de la province. Précisant : «Les deux camions ont brûlé, mais les chauffeurs sont sains et saufs.» Le porte-parole des talibans a revendiqué, cette fois encore, la paternité de cet attentat avorté. Enfin, deux diplomates de l'ambassade des États-Unis à Kaboul ont été légèrement blessés lors de l'explosion d'un engin artisanal au passage de leur véhicule à l'ouest de la capitale afghane. Encore une fois, l'approche du scrutin du 18 septembre ne peut être tenue pour seule responsable de cette vague de violence sans précédent. En octobre dernier, à la veille de la première élection présidentielle au suffrage universel en Afghanistan – un événement beaucoup plus historique que les parlementaires qui doivent se dérouler dans moins d'un mois –, ni les talibans, ni al-Qaida, ni les chefs de guerre opposés à ce scrutin n'avaient réussi à en troubler le cours. Aujourd'hui encore, la plupart des experts estiment d'ailleurs qu'il en sera de même cette année. «Je ne pense pas qu'il y aura de très graves incidents propres à arrêter le processus électoral en marche, confiait récemment à Kaboul un responsable afghan. On avait beaucoup d'inquiétude avant l'élection présidentielle en octobre dernier, et il ne s'est rien passé. La population est favorable au processus de démocratisation.» Il admettait cependant que les Afghans n'étaient guère habitués à ce genre de scrutin et que «les partis étaient trop jeunes, que leur influence était limitée à la capitale et aux grandes métropoles». C'est pourtant officiellement au nom de cette «démocratisation» de l'Afghanistan que Washington entend se battre. Hier, l'une des porte-parole des forces américaines à Kaboul, Cindy Moore, a indiqué que l'armée américaine et la nouvelle armée afghane avaient tué plus d'une centaine de militants islamistes dans le sud et le sud-est de l'Afghanistan au cours des dernières semaines. Pour sécuriser les élections législatives de septembre, a-t-elle dit. Et si les ennemis des États-Unis et d'Hamid Karzaï avaient d'autres projets en tête ? Celui par exemple, d'ouvrir un nouveau front en Afghanistan afin de fragiliser un peu plus Washington déjà empêtré dans le bourbier irakien. Celui, surtout, d'expulser les États-Unis d'Afgha nistan, un pays stratégique face à l'Iran. C'est ce que pensent nombre d'observateurs. Lesquels affirment que la clé de toutes les interrogations se trouve dans l'incroyable organisation dont font preuve aujourd'hui les combattants antiaméricains en Afghanistan. «Ils ont de l'argent et une logistique nouvelle qu'ils ont acquise ailleurs, souligne l'un d'entre eux. Peut-être justement en Irak.»





Altri articoli su:
[ Afghanistan ] [ Islam e democrazia ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ ]

Comunicati su:
[ Afghanistan ] [ Islam e democrazia ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ ]

Interventi su:
[ Afghanistan ] [ Islam e democrazia ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ ]


- WebSite Info