sito in fase di manutenzione: alcuni contenuti potrebbero non essere aggiornati
 
 luglio 2020 
LunMarMerGioVenSabDom
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031 
CAMPAGNE
MISSIONI

CERCA:

Ministero degli Affari Esteri

Living together - Combining diversity and freedom in 21st-century Europe [Report of the Group of Eminent Persons of the Council of Europe] PDF DOWNLOAD >>

DOCUMENTARIO DEDICATO DA AL-JAZEERA ALLA LEADER RADICALE EMMA BONINO

Cookie Policy

>> Le Monde


EN TCHETCHENIE LA VIOLENCE AUGMENTE, SELON UN RAPPORT

Le Monde - 26 novembre 2009 L'année 2009 restera dans l'histoire de la Tchétchénie comme celle d'un paradoxe sanglant. Le 16 avril, après une décennie d'existence, l'opération antiterroriste conduite par les forces fédérales russes a été officiellement levée. Mais le semblant de stabilité qui paraissait atteint ressemble à un régime de non-droit et de terreur. C'est ce qui ressort du rapport du commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Thomas Hammarberg, après une visite dans la région, en septembre. Son rapport, publié le 24 novembre, dresse un tableau particulièrement alarmant de la situation. "Une augmentation des actes terroristes, des assassinats et des enlèvements a été observée en Tchétchénie en 2009, par rapport à 2008", note-t-il. Un chiffre en témoigne : au cours du premier trimestre, 58 enlèvements ont été recensés (dont deux morts et quatre disparus), contre 42 pour l'ensemble de l'année 2008. Le cas le plus célèbre est celui de Natalia Estemirova, représentante de l'organisation Memorial, kidnappée et assassinée le 15 juillet. Au total, pendant la période 2000-2009, 3 074 disparitions ont été recensées par le parquet de Grozny. "Une nouvelle pratique a été recensée par les ONG, dit le rapport, impliquant des disparitions à court terme de personnes réapparaissant au bout de quelques jours, souvent après avoir été soumises à des violences ou à la torture, et qui refusent de parler par crainte de représailles." "116 opérations spéciales" Les responsables de ces pratiques sont les forces de sécurité tchétchènes, qui bénéficient d'une latitude totale sous la coupe du président Ramzan Kadyrov. "Au moins 116 opérations spéciales" ont été conduites entre janvier et juillet par les autorités. La pratique de l'incendie punitif des maisons des présumés insurgés ou de leur famille, largement documentée par les ONG, serait le fait de policiers agissant de leur propre initiative, ont expliqué les responsables tchétchènes à M. Hammarberg. Ces derniers ont même prétendu qu'il était difficile d'éradiquer cette pratique, car elle relevait des "traditions de vengeance" locales. Le commissaire aux droits de l'homme dénonce l'absence d'enquêtes véritables sur les crimes commis en Tchétchénie. Il demande aussi aux autorités locales de s'engager à identifier les corps sans nom. Soixante fosses contenant environ 3 000 cadavres non identifiés ont été localisées.





Altri articoli su:
[ Asia ] [ Cecenia ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ Russia ] [ Unione Europea ]

Comunicati su:
[ Asia ] [ Cecenia ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ Russia ] [ Unione Europea ]

Interventi su:
[ Asia ] [ Cecenia ] [ Diritti Umani, Civili  & Politici ] [ Russia ] [ Unione Europea ]


- WebSite Info