sito in fase di manutenzione: alcuni contenuti potrebbero non essere aggiornati
 
 maggio 2019 
LunMarMerGioVenSabDom
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031 
CAMPAGNE
MISSIONI

CERCA:

Ministero degli Affari Esteri

Living together - Combining diversity and freedom in 21st-century Europe [Report of the Group of Eminent Persons of the Council of Europe] PDF DOWNLOAD >>

DOCUMENTARIO DEDICATO DA AL-JAZEERA ALLA LEADER RADICALE EMMA BONINO

Cookie Policy

>> Le Monde


MOSCOU PRESENTE SON "TRAITE DE SECURITE EN EUROPE"

Le Monde - 2 d√©cembre 2009 par Natalie Nougayr√®de De fa√ßon impromptue, le Kremlin a commenc√© √† diffuser son projet de "trait√© sur la s√©curit√© europ√©enne". Le ministre russe des affaires √©trang√®res, Serguei Lavrov, devait pr√©senter ce texte, mardi 1er d√©cembre, √† ses homologues des 56 pays membres de l'Organisation pour la s√©curit√© et la coop√©ration en Europe (OSCE), qui tiennent leur r√©union annuelle, √† Ath√®nes, sous pr√©sidence grecque. Le projet russe met en exergue la notion de "s√©curit√© indivisible", selon laquelle (article 1er) "toute mesure de s√©curit√©" prise par un ou plusieurs Etats, ou une organisation comme l'OTAN ou l'Union europ√©enne, devra √™tre mise en oeuvre "en prenant en compte les int√©r√™ts de s√©curit√© des autres parties au trait√©", que ce soit des Etats ou des organisations internationales. Le trait√© pr√©voit un m√©canisme pour convoquer des r√©unions des parties dans le cas o√Ļ de tels "int√©r√™ts de s√©curit√©" seraient affect√©s. La Russie semble formaliser sa volont√© d'obtenir un droit de regard sur les choix d'alliance ou de politique √©trang√®re d'autres Etats, singuli√®rement ceux de l'ex-URSS, r√©gion qu'elle a qualifi√©e en 2008 de "zone d'int√©r√™ts privil√©gi√©s". Elle entend avoir son mot √† dire sur les options que pourraient prendre l'OTAN ou l'UE concernant la s√©curit√©. C'est √† Berlin, lors d'un discours prononc√© en juin 2008, que le pr√©sident russe, Dmitri Medvedev, avait pour la premi√®re fois parl√© d'une refonte de l'architecture de s√©curit√© en Europe. Au lendemain de la guerre de G√©orgie qui avait √©clat√© deux mois plus tard, Moscou avait tent√© de faire progresser cette initiative, notamment √† l'occasion d'un sommet avec Nicolas Sarkozy en octobre 2008 √† Evian. Depuis, l'effort semblait pi√©tiner. Avec une lenteur et une persistance qui n'est pas sans rappeler l'√©poque o√Ļ, dans les ann√©es 1970, l'Union sovi√©tique cherchait √† verrouiller ses gains territoriaux issus de la seconde guerre mondiale (processus ayant conduit aux accords d'Helsinki de 1975), la Russie pr√©cise donc, un an et demi apr√®s les premiers commentaires de M. Medvedev, quelle est sa vision de l'agencement europ√©en. La r√©action des Europ√©ens et des Etats-Unis, qui seront repr√©sent√©s √† Ath√®nes par le secr√©taire d'Etat adjoint, Jim Steinberg, s'annonce r√©serv√©e. A Paris, le Quai d'Orsay a "pris note de l'initiative russe" lundi, se disant "pr√™t √† l'examiner, tout en rappelant que la France et ses alli√©s privil√©gient le renforcement des institutions existantes et le respect des engagements pris". Obligations Certains font observer que la Russie a beau jeu d'avancer des concepts alors qu'elle se d√©robe √† ses obligations. Elle continue - comme l'ont encore rappel√© en octobre des repr√©sentants de l'administration Obama - de pi√©tiner les textes de cessez-le-feu de 2008 en G√©orgie, y compris le volet portant sur l'acc√®s humanitaire. Elle continue aussi de paralyser depuis 2007 le trait√© sur les forces conventionnelles en Europe (FCE). Nul ne sait si Moscou souhaite que son projet de trait√© soit d√©battu dans le cadre m√™me de l'OSCE, notamment √† l'occasion d'un √©ventuel sommet de l'organisation en 2010 au Kazakhstan. La France, qui veut se positionner comme interlocuteur privil√©gi√© de Moscou sur ces questions, appuie la tenue d'un tel sommet, qui serait le premier en dix ans. Mais Paris reste tr√®s flou sur le contenu √† lui donner. Et l'id√©e d'un tel sommet ne semble pas faire l'unanimit√© en Europe, les Britanniques et la pr√©sidence su√©doise de l'UE √©tant moins enthousiastes. Les Etats-Unis auraient aussi des doutes sur son opportunit√©.





Altri articoli su:
[ Asia ] [ Russia ] [ Unione Europea ]

Comunicati su:
[ Asia ] [ Russia ] [ Unione Europea ]

Interventi su:
[ Asia ] [ Russia ] [ Unione Europea ]


- WebSite Info